Gwaz-Ru

04/10/2013
Presses de la Cité

Résumé

Texte de 4ème de couverture.
Nicolas Scouarnec, alias Gwaz-Ru, "l'homme rouge", a quitté sa campagne de Briec et la servitude du métier de journalier pour s'embaucher comme manœuvre dans le bâtiment. A Quimper, il se syndique, fraye avec le Parti communiste, côtoie des nationalistes bretons, rencontre la femme de sa vie et fonde une famille nombreuse. Il traversera les périodes troubles de l'entre-deux-guerres, de l'Occupation et de la Libération sans se départir de son esprit frondeur, allant de bonheurs en désillusions mais restant ce qu'il est : un rebelle à tous les pouvoirs, excepté celui qu'exerce sur lui le travail de la terre. Au bout de sa quête d'un monde meilleur, trouvera-t-il son jardin à cultiver - une terre qui lui appartienne ?

Extrait

C'était surnaturel. D'un claquement d'ailes de tapis volant, Gwaz-Ru avait été transplanté dans une Papouasie ouvrière où fourmillaient les usines.
Le matin, à l'heure où il quittait son logement, les premiers pains de glace glissaient avec fracas du toboggan de la glacière et s'étalaient en crissant dans les bennes de camions qui fonçaient vers la côte les décharger dans le ventre des chalutiers. Sur la route des ports de pêche, ils croisaient des poids lourds chargés de poisson destiné à l'usine Saupiquet. Non loin de la conserverie se trouvaient deux autres établissements d'importance : l'abattoir et une fabrique de confitures. Bizarrement, au milieu de cette cité industrielle s'élevait l'immeuble austère, aux portes massives, des Filles de la Providence où vivaient presque cloîtrées, disait-on, des orphelines et des filles placées par l'Etat. Elles sortaient de leur geôle pour une heure ou deux, le dimanche, en uniforme et en rang, et on ne pouvait pas dire qu'il y avait de la fantaisie dans leurs coiffures ni beaucoup de sourires sur leurs lèvres.
A l'aube, sous les lucarnes de Gwaz-Ru, une nuée de travailleurs et de travailleuses, à pied ou à vélo, se déversait dans le quartier comme du grain par la trémie et s'évanouissait aussi vite que des billes d'eau renversée sur les plaques brûlantes d'un fourneau. Du fait qu'il rentrait tard le soir, après la sortie des usines, Gwaz-Ru regagnait un quartier désert et il se sentait comme l'un de ces fantômes, apparus le matin et disparus le soir.

Critiques

"Faire son chemin en dehors de la route, ce n'est pas pareil que dérailler", dit Gwaz-Ru pour expliquer sa détermination à choisir son sort...
Hervé Jaouen sait à merveille nous faire partager le quotidien de ses personnages, la vérité de leurs gestes et de leurs pensées, l'ambiance et le décor dans lesquels ils évoluent. Les lecteurs conscients de leurs racines, Bretons ou de toute autre région, y retrouveront les images qui ont forgé leur identité, leur caractère.
Claude le Nocher
http://action-suspense.over-blog.com/herv%C3%A9-jaouen-gwaz-ru-presses-de-la-cit%C3%A9-2013
http://abcpolar.over-blog.com/herv%C3%A9-jaouen-gwaz-ru-presses-de-la-cit%C3%A9-2013

"Ils quittent un à un leur pays pour s'en aller gagner leur vie loin de la terre où ils sont nés...J'ai pensé à la chanson de Jean Ferrat dès les premières pages de ce livre, dès que le personnage de Gwaz-Ru (en breton "le gars rouge", sous-entendu "le communiste") a eu envie de quitter les travaux des champs pour s'installer en ville. Nous sommes dans les années 1920, Gwaz-Ru est célibataire, rebelle, et bien qu'il n'ait que peu d'éducation, a une conscience politique forte. Il n'y pouvait rien, c'était plus fort que lui, et peut-être aurait-il mieux valu qu'il soit aveugle, comme l'immense majorité des candides, contents de leur sort de moutons à tondre. [...] Ce livre est captivant, il fait du lecteur l'ombre de Gwaz-Ru : à la ville ou dans les champs, le parcours de cet homme au départ si ordinaire devient passionnant. Gwaz-Ru n'est qu'un homme modeste, comme il en existe des milliers, et pourtant sa vie est le témoignage d'une époque. On quitte le personnage principal avec regret... mais heureusement qu'une suite est déjà annoncée ! Cécile, Les 8 Plumes http://blogs.l'express.fr/les-8-plumes

Roman d'apprentissage, ce texte nous entraîne sur les chemins de la formation et déception d'un homme de bonne volonté qui ne peut accepter les idées toutes faites pas plus que toute forme de soumission.
RTBF VIVACITE

L'écriture est truculente, tout à fait adaptée au parler franc et direct des paysans de l'époque (enfin, ce que j'en imagine, puisque je n'étais point né), et si elle fait la part belle aux protagonistes, elle n'oublie pas de parler du pays, de la Bretagne, présente dans toutes les pages, à la fois par son climat et sa langue, le breton que parle une grande partie des intervenants, Gwaz-Ru en premier. [...] Je n'ai donc point boudé mon plaisir et ai humé profondément l'air breton qui devait passer entre les pages, dans les mots de Gwaz-Ru et Tréphine et dans l'écriture d'Hervé Jaouen, toujours au diapason des histoires qu'il raconte avec talent.
YV, lyvres.over-blog.com

Un jeune rural réfractaire à toute autorité... Hervé Jaouen a entrepris, voilà quelques années, la construction d'une étonnante saga à la mode de Bretagne. Ainsi ce sont agrégés des romans comme Ceux de Ker-Askol, Les Filles de Roz-Kelenn, Les Sœurs Gwenan ou encore Ceux de Menglazeg, un siècle de vie quotidienne, entre terre et mer, de paysans, pêcheurs et ouvriers vivant dans la région de Quimper. Gwaz-Ru constitue un nouveau rameau de cette fresque...
LE SEMEUR HEBDO, 11/10/2013

Dans l'entre-deux-guerres, vers Quimper, l'initiation de Gwaz-Ru, jeune rural plein de convictions parti pour la ville...
LA NOUVELLE REPUBLIQUE, 2/10/2013

Mémoire de terroir... Belle rentrée pour la collection Terre de France [...] Restons en Bretagne avec Hervé Jaouen, explorateur de sa terre armoricaine et de l'Irlande. Gwaz-Ru (cinquième volume de sa sage bretonne), ou le "Gars Rouge", est un journalier, quasiment illettré, un esprit libertaire épris de justice sociale...
DETOURS EN FRANCE, oct/nov 2013

Gwaz-Ru est le cinquième volume de la saga des Scouarnec-Gwenan, une fresque familiale racontée par Hervé Jaouen. Mais nul besoin d'avoir lu les précédents épisodes pour plonger dans la vie de Nicolas Scouarnec, solide journalier agricole né dans la région de Briec en 1900. Frondeur, anticlérical, défenseur de l'opprimé, "le rouge" (comme on le surnomme) n'a aucun mal à être recruté par des militants de la SFIO qui lui trouvent un boulot de manœuvre dans le bâtiment à Quimper. [...] Les 330 pages de ce roman du terroir se lisent avec un vrai plaisir, l'auteur donnant beaucoup d'épaisseur à chacun de ses personnages.
Dominique LE BIAN-RIVIER, LE TELEGRAMME, 27/10/2013

La vie en Sud-Finistère dans la première moitié du XXe siècle, années qui verront les plus grands changements dans ce que l'on peut appeler "le vieux pays". Deux guerres, des dizaines de milliers de morts, le progrès, la perte de la langue et du monde rural, voilà en peu de mots l'époque de ce roman. [...] La vie de gens ordinaires dans des temps qui, eux, ne le sont pas.
YVON, 2/11/2013
http://eireann561.canalblog.com


Né au début du XXe siècle au cœur de la Bretagne profonde, Nicolas a travaillé dès l'âge de sept ans comme gardien de troupeau avant d'être gagé dans les fermes environnantes. C'est là qu'il a développé un sens aigu de l'injustice sociale qui le pousse à quitter la campagne pour devenir ouvrier maçon à Quimper. Syndiqué, communiste, régionaliste, celui qu'on surnomme "le Rouge" reste droit dans ses bottes, au travail comme dans sa famille. La seconde guerre mondiale va tout bouleverser. L'excellent conteur Hervé Jaouen célèbre le passé de sa chère Bretagne à travers de passionnantes fresques romanesques.
Jean-Paul Guéry, L'ANJOU AGRICOLE, 31/10/2013

Un roman lucide, fort bien écrit, dans cette France des années 40 où l'engagement politique et certaines idées peuvent attirer des ennuis. Hervé Jaouen a, lui, évité tous les écueils.
LA MARNE, 26/10/2013

Voici un nouveau livre qui s'insère dans la grande saga bretonne que l'écrivain quimpérois Hervé Jaouen est en train d'élaborer, à la manière des Rougon-Macquart. Cette fois, le lecteur suit le parcours de Nicolas Scouarnec, surnommé Gwaz-Ru, le Rouge : un journalier de la région de Briec, sensible aux idées de justice sociale, un temps recruté par la SFIO puis par le Parti communiste, venu vivre en ville et qui assiste aux errements de son époque, dans la première moitié du 20e siècle.
BRETONS MAGAZINE, novembre 2013

Gwaz-Ru, c'est l'homme rouge, l'homme révolté, l'anarchiste naturel de la montagne bretonne. [...] Comme à son habitude la plume de Hervé Jaouen est sans reproche, émaillée d'expressions bretonnes : ce roman se lit d'une seule traite et offre un petit voyage dans les coulisses, peu reluisantes, du Parti communiste du temps où il se targuait d'être le phare de l'émancipation des masses !
Louis GILDAS, Agence Bretagne Presse, 19/11/2013

Hervé Jaouen signe le portrait d'un homme épris de justice et de liberté, d'un homme qui réfléchit à sa condition et qui ne se laisse pas dicter ce qu'il doit faire ou penser. Gwaz-Ru est un roman de caractère avec un personnage haut en couleurs. C'est aussi le témoignage d'une époque. Un roman captivant dont la suite est attendue avec impatience.
Veronik BLOT, actualité livres coup de cœur, festivaldulivrenbretagnedeguerande.overblog.com

Hervé Jaouen ajoute un nouvel opus à la magistrale saga des Scouarnec-Gwenan.
Eliane FAUCON-DUMONT, Le Télégramme, 5/11/2013

L'homme rouge entend bien mettre du piment dans sa vie et la mener comme il l'entend. Tout sauf la soumission. De l'entre-deux-guerres à la Libération, Gwaz-Ru gardera son esprit frondeur.[...] Un second tome nous apprendra ce que sont devenus Gwaz-Ru et sa famille. On l'attend avec impatience.
Libération dimanche Champagne & L'Est Eclair, 17/11/2013

Hervé Jaouen connaît, aime sa Bretagne, et cette histoire n'aurait pas pu se passer ailleurs, sauf les travaux des champs, ou la mentalité des petits chefs que l'on retrouve dans chaque province. Mais le Breton possède un sacré caractère, et il l'a encore démontré récemment. Il nous donne une belle leçon de courage et de pugnacité.
Paul MAUGENDRE, leslecturesdelonclepaul.over-blog.com

Un roman initiatique de très haute volée.
Le Courrier Indépendant, 13/12/2013

333 prenantes pages, par l'un des meilleurs auteurs de la collection Terres de France.
Rouen Lecture, déc.13/fév.14

Dans la sélection lechoixdeslibraires.com et voir rubrique l'amour des livres bonnelecture.fr
Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
En confidence : dans notre chambre, sur une étagère tout autour de la pièce, des centaines de dos diversement colorés que mépriseraient les décorateurs : premières éditions du Livre de Poche que nous nous échangions, ma future épouse et moi, quand nous étions lycéens. Le livre et nous, un ménage à trois qui a fêté ses noces d'or en compagnie d'une multitude d'invités de plus en plus difficiles à caser.

Portraitiste talentueux de l'ordinaire des vies enténébrées et des multiples barrières posées sur le chemin des pauvres, Hervé Jaouen excelle à peindre l'injustice, la noirceur, la dignité écorchée de ceux qui traversent l'existence en se heurtant aux bornes opaques d'un monde décidément voué à être un jour remis sur le métier. Gwaz-Ru, dernier roman publié, témoigne encore de la puissance de son inspiration et de l'aisance virevoltante et passionnée qui la porte. [...] On admire l'art savant du dialoguiste, on se délecte à la parfaite peinture des campagnes hallucinées et des villes sans tendresse. En bref, on éprouve ce bonheur contradictoire de tourner hâtivement chaque page, en sachant cependant qu'elle nous rapproche d'un épilogue qu'on ne souhaiterait jamais voir venir. Ce paradoxe est preuve certaine que nous lisons un superbe roman.
Alain-Gabriel Monot, ArMen, janv/fev 2014

Ce livre est tout à la fois l'histoire d'un homme insoumis doté d'une conscience politique forte, celle d'une région, la Bretagne, et plus précisément du Finistère où les caractères sont réputés bien trempés, d'une époque, enfin, où communisme et syndicalisme structurent les idées politiques du moment. Le parcours passionnant d'un homme modeste, témoin d'une époque.
FEMME MAJUSCULE, jan/fév 2014

L'homme qui ne voulait plus aboyer...
Hervé Jaouen exprime avec justesse la psychologie et la culture bretonnes de ses personnages. Le couple Gwaz-Ru-Tréphine, l'idéaliste Vincent et le recteur de Kerfeunteun appartiennent à d'authentiques morceaux de littérature populaire.
Loin de tout pittoresque régionaliste, Gwaz-Ru porte bien son bonnet sur la tête et nous donne de belles leçons de courage et de liberté.
Yannick Pelletier, Ouest-France, 2 avril 2014




DERNIERES PARUTIONS



QUELLE VIE DE CHIEN
Skol Vreizh
20/11/2017

LE VICOMTE AUX PIEDS NUS
PRESSES DE LA CITE
02/03/2017

CARNETS IRLANDAIS
Editions OUEST-FRANCE
24/04/2015



 Site officiel d'Hervé Jaouen
Biographie | Bibliographie | Filmographie | Ecrits divers | Actualité | Liens privilégiés | Mentions légales | Contact

© Blue Ouest 2006-2013