Petite prose trans(e)irlandaise

00/00/0000
1995 - Éditions Apogée

Résumé

Extrait

Soudain le chien hurle à la mort, il a senti l'odeur fade de la Faucheuse, cette garce en culbutant le vieux assis sur son mur a donné à l'animal à sentir sous ses jupes, le maître vient de trépasser, un voisin accourt, voit son ami inerte et le chien qui lève la truffe aux étoiles, il faut téléphoner, se dit-il, à l'ambulance, j'ai ma voiture, encore une chance, le problème c'est qu'à l'arrière de la Toyota rouge estate il y a son âne, tant pis, la bête sera de la partie, direction le bourg et la cabine téléphonique, cabine occupée par une dame, on ne dérange pas une dame qui converse, devant la Conversation on courbe la tête comme au moment de l'Elévation, alors l'âne peut bien braire, Michael s'en va au pub attendre, et de pinte en pinte, quand le téléphone est enfin à lui, il ne peut plus dire pain, allons prévenir, prévenir qui ? peu importe, prévenir, bon Dieu quel brouillard à l'intérieur, quelle buée fabrique cet animal, tais-toi l'âne, je sais, je sais, j'aurais pu téléphoner du pub pendant que je pouvais, pas la peine de me grignoter la casquette, et la Toyota, Michael et l'âne roulaient au pas, au ralenti le trio a rencontré un talus, Michael a enfourché l'âne et l'âne est rentré au champ, et l'homme a rencontré un autre talus au bas duquel il s'est endormi, fakir sur le tapis à pointes de l'herbe raide de gelée blanche jetée à pleines poignées par la Faucheuse qui guettait, mort dans son sommeil d'ivrogne, Michael a le sentiment qu'on le regarde, qui ? Paddy, son vieil ami défunt, veillé par son chien, le regarde, Paddy, à peine a-t-il rendu son dernier souffle qu'un voix amicale lui a dit voilà la place qui t'était réservée, tu seras caillou dans le champ où tout à l'heure ton ami Michael, saoul comme un Ecossais, sera jeté à terre par son âne et mourra de froid.

Critiques

- Au vent d'Irlande...
C'est un émouvant voyage en Irlande que nous font faire Hervé Jaouen et Georges Dussaud dans "Variations sur un temps incertain". L'un a pris la plume, l'autre son appareil photo - pour notre plus grand bonheur.
Le texte de Jaouen remplit une dizaine de pages : c'est un monologue aux multiples personnages, un délire poétique où seules les virgules permettent de reprendre souffle. Y défilent, tels de grands nuages fous dans un ciel marin, des hommes et des femmes qui ont mal à leur vie : un Sean tourmenté qui danse le rock and roll avec sa jument ; un Paddy qui pleure des larmes de Guinness ; un accordéoniste célibataire, des jeunes filles qui portent comme une croix le poids de l'Église catholique... Pour tous ces gens de Mayo, Armagh ou Donegal qui ont l'âme en peine, le ciel est bas et l'horizon bouché.
C'est cette ambiance lourde qu'a rendue, avec intensité, Georges Dussaud dans ses photographies en noir et blanc : vastes étendues de plages humides sous les nuages noirs ; muretins entrecroisés, censés protéger du vent une herbe rase ; pèlerins à genoux, enveloppés de brouillards tenaces ; visages d'enfants durcis par la misère...
Chez nos deux compères, on sent une grande complicité avec ce peuple de l'Ouest. D'où ces pages fortes, pleines de rêves inachevés et d'une sourde détresse.
Yves LOISEL - Le Télégramme - 13/09/1995




DERNIERES PARUTIONS



L'AMOUR DANS LES SIXTIES
DIABASE
16/10/2018

SAINTE ZELIE DE LA PALUD
PRESSES DE LA CITE
01/03/2018

QUELLE VIE DE CHIEN
Skol Vreizh
20/11/2017



 Site officiel d'Hervé Jaouen
Biographie | Bibliographie | Filmographie | Ecrits divers | Actualité | Liens privilégiés | Mentions légales | Contact

© Blue Ouest 2006-2013