Le celte noir

00/00/0000
1984 - Fleuve noir - Anticipation n° 1328

Résumé

La Nouvelle Albion a été déclarée terre interdite par le Grand Plus. On dit que n'y vivent que des chiens sauvages, par millions.
Des Survivants, issus de la nuit des temps de l'avant-Guerre Bactériologique, débarquent à Chernoviz, l'ancienne Irlande.
Ils sont à la recherche d'Adonaï, le Celte Noir, dont le destin est de les délivrer en détruisant le Grand Plus. Cham, l'évadé du Neuro Centre, est-il le Celte Noir ? Acceptera-t-il sa mission... et la main de Rose-Hardie, la plus belle et la moins timide des Survivantes ?

Extrait

Comme tous ses semblables, le Pathos-Robot portait en badge un mini-cerveau soudé sur son front convexe.
De son doigt lumineux, il m'a montré l'escalier extérieur, en dents de scie, qui conduit aux cellules, simples boxes ouverts sur les couloirs immaculés.
Cet escalier fait une oreille étrange au premier des quatre bâtiments du Neuro-Centre, quand on vient de l'Agglomérat par la maison de repos des employés du Plan.
Les murs d'aluminium anodisé sont coiffés de toits pointus, réminiscence de la lointaine occupation de l'Europe par les hordes du Milieu, avant que tous les Jaunes ne soient exterminés au cours de la Grande Guerre Bactériologique de l'année 2050.
Ce sont quatre pyramides de bronze oxidé où sont plantés les dards menaçants des pararayons qui semblent bien inutiles depuis l'avènement de la Grande Paix.
Longues et étroites, cernées de briquettes en cuivro-terron, les fenêtres, arrachées à l'emporte-pièce à chacune des quatre façades, jettent un regard aveugle sur la cour solaire où se dresse une chose imitant grossièrement l'emblème des Plus : un arbre synthétique, en forme de trident, affreusement gris, affreusement triste. Des anciens Neurones racontent qu'ils ont vu pendre des condamnés aux branches molles du Signe. Mais je suppose que c'est un souvenir qu'on leur a implanté au cours des séances de neuro-lavage, afin qu'ils le répandent et qu'ils entretiennent la peur chez les nouveaux internés.

Critiques

- La plupart des "nouveaux auteurs" du Fleuve entre en "Anticipation" sur la pointe des pieds. Je veux dire, avec des thèmes éprouvés des récits de série. Désir de ne pas effaroucher, de se couler dans un moule. Prudence au moment de se rôder ? Au pire, cela donne un space opéra plus qu'archétypé, du style Planeta non Grata de Michel Honaker (un auteur qu'on n'a d'ailleurs pas revu depuis sa première apparition) ou Le cycle des insectes, dont le style cousu de clichés... mais passons ! Au (presque) mieux cela donne Le Celte Noir : il y a eu la Grande Guerre Bactériologique de 2050. la majorité des hommes sont morts, tous les continents sont désertés sauf l'Europe, il n'y a plus d'animaux, sur le sol ne pousse plus qu'une herbe rouge qui vient peut-être de Boris Vian ; une société s'est néanmoins reconstituée dans l'Europe en partie préservée ; elle est férocement hiérarchisée en Plus, en Cadres, en Moins (ceux-ci n'étant que des esclaves qu'un plan d'eugénisme veut remplacer peu à peu par les Robots) ; et bien sûr la police omniprésente veille, les Solos, la Guardia, les Pathos-Robots...
Les rares dissidents attendent la mort dans les Neuro-Centres - comme Cham, fils d'un riche Plus - mais qui a pourtant dans ses veines du sang de Noir - une race disparue. Et c'est naturellement Cham qui va catalyser la révolte des Moins contre les Plus, aidé en cela par les Survivants, réfugiés en Irlande et ayant échappé depuis la fin de la guerre au conditionnement planétaire. Rien ne manque à cette trame solide - ni, côté social, les débordements sanglants d'une révolution où le populaire se venge atrocement de ses anciens maîtres (il y a quelques complaisances qui auraient pu être évitées dans les descriptions des viols et mutilations), ni, côté intime, la rencontre de Cham avec deux femmes antagonistes, Lammeda la Plus, qui l'aide et le trahit, puis meurt, et Rosé-Hardie la Survivante, qui lui donnera des enfants... La première partie du roman (il est court) est très bien venue, avec beaucoup d'inventions de détail dans la description du fonctionnement de la société des Plus. La seconde est plus prévisible, dès que les Survivants entrent en scène et que l'action et les batailles prennent le pas sur la construction de l'univers. Mais l'ensemble se lit très agréablement (et rapidement). Michaël Clifden : un auteur à suivre.
Jean-Pierre ANDREVON




DERNIERES PARUTIONS



QUELLE VIE DE CHIEN
Skol Vreizh
20/11/2017

LE VICOMTE AUX PIEDS NUS
PRESSES DE LA CITE
02/03/2017

CARNETS IRLANDAIS
Editions OUEST-FRANCE
24/04/2015



 Site officiel d'Hervé Jaouen
Biographie | Bibliographie | Filmographie | Ecrits divers | Actualité | Liens privilégiés | Mentions légales | Contact

© Blue Ouest 2006-2013