Les moulins de Yalikavak

00/00/0000
2006 - Payot-Rivages/Noir n° 617
Ce livre a déjà paru en 1993, sous le titre "Ouragan sur les Grèbes", aux Editions Denoël

Résumé

Le village de Saint-Baptistain, sur la côte Atlantique, coule des jours paisibles sous la houlette de son maire socialiste, dit "Jean le Pieux". Jusqu'au jour où paraît une petite annonce dans le Bulletin des communes de France : "Groupe financier international cherche terrain bord de mer, 50 hectares mini, pour investissement loisir." Ces hectares, la commune les possède, il s'agit d'une réserve marécageuse qu'on appelle "Les Grèbes", du nom de l'oiseau qui les peuple.
Partisans et opposants au projet s'affrontent bientôt dans l'arrière-salle du bistrot local, mis en effervescence par l'arrivée de Nélias Amalamelou, brasseur de dollars aux yeux de braise et de sa fille Lou. Mais très vite, la prétendue bonne affaire sent l'argent sale que l'on veut blanchir.
Lauréat du Prix du Suspense en 1982, Grand Prix de Littérature policière en 1990, Hervé Jaouen signe avec ce roman une satire percutante.

Extrait

Je ne fais que poser les données du problème dans le cas qui nous intéresse. Laissez-moi vous expliquer. Le trafic de drogue, qu'est-ce que c'est ? Je vous épargnerai la récolte du pavot et le reste. Venons-en tout de suite à la commercialisation. Une activité de rues, de cafés, voire de salons huppés, hé, hé, et qui consiste à vendre des doses, contre quoi ? Contre de l'argent "liquide". Des ruisseaux de billets qui forment rivières, rivières qui se jettent dans les fleuves et les fleuves dans l'océan. Une masse de billets qu'il faut blanchir, car il n'est plus question d'aller les porter dans les banques par pleines valises. Naguère, des comparses s'en allaient dans les paradis fiscaux déposer la monnaie. La surveillance s'étant accrue, les transferts entre banques étant de mieux en mieux analysés, les trafiquants ont dû inventer des formules de plus en plus complexes. Transformer l'argent sale en argent propre est devenu la principale difficulté du système. Le coût final est considérable, ils y laissent des plumes, c'est le prix de la lessive. Ne suis-je pas ésotérique ? Non ? Je continue. Comment convertir la monnaie fiduciaire - les billets - en monnaie scripturale sans attirer l'attention de la police ? On ouvre des commerces où le client est supposé régler en liquide dans une forte proportion : stations de lavage de voitures, laveries automatiques, pizzerias minables, restaurants miteux. Un complice s'inscrit au registre du commerce et s'en va verser à la banque de confortables recettes journalières qui n'ont rien à voir, bien entendu, avec l'objet social de la boutique. Sur ce chiffre d'affaires fictif on paie de la T.V.A. et autres taxes. L'argent est officialisé, il est blanchi. Il ne reste plus qu'à le faire parvenir au grossiste. Fausses factures, fausses prestations, pyramides de sociétés, la piste se brouille, l'argent atteint une blancheur parfaite.

Critiques

- Serge Morvan est le jeune secrétaire de mairie d'une bourgade de la côte Atlantique, Saint-Baptistain. Apolitique, il s'entend bien avec le maire de gauche, Jean Sybelle. Serge relève une annonce dans le "Bulletin des Communes de France" : des investisseurs cherchent un terrain de 50 hectares en bord de mer. Le site des Grèbes conviendrait parfaitement. Plaidant l'essor économique de Saint-Baptistain, Serge incite le maire à contacter ces financiers.
L'arrivée de Nélias Amalamelou secoue le tranquille microcosme. D'origine invérifiable, ce gros consommateur de café lance sans attendre le projet d'un complexe de loisirs aux Grèbes. Il présente des garanties, promet l'Eldorado. Serge sympathise avec le tourbillonnant Nélias, qui impressionne l'honnête maire. Nélias achète la "Villa aux Anglais" délaissée, où il s'installe avec sa fille Lou. Serge est immédiatement attiré par cette séduisante amoureuse des livres.
Les Renseignements Généraux et la Chambre de Commerce sont intrigués par Nélias. Les conseillers municipaux de gauche sont sceptiques et divisés. L'opposition de droite est hostile à un projet qui devait leur convenir. Dans les réunions, publiques ou non, les débats sont animés. Le bistrot local de Théo devient stratégique. Journaliste alcoolique, Le Scribe publie des échos mordants. Siguoli, des RG, suggère à Serge que la fortune de Nélias viendrait du trafic d'armes.
Serge et Siguoli se contentent d'observer la situation. Nélias pense que "Ah, ça va, ça ira !" Pourtant, ses engagements et les discours langue de bois seront-ils convaincants pour tous ? Ne risque-t-on pas une crise municipale ? On parle déjà d'un nouveau projet local... Et les "Moulins de Yalikavak" ? Ce petit paradis côtier se trouve en Turquie. Mais n'en disons pas plus...

Ce portrait satirique de la société française est un pur bonheur. Mœurs politiques, rivalités et autres petits travers sont présentés sans concession, n'épargnant personne. Si caricature il y a, elle est toujours juste. Le pétulant Nélias devrait faire réfléchir les admirateurs des "décideurs charismatiques". On lui préfère l'adorable Lou, passionnée de livres. Serge, le sarcastique narrateur, cynique démiurge, est guidé par le "syndrome des petits bateaux". Pour lui, il ne s'agit pas de manœuvrer les gens. Sa méthode est plus subtile, plus excitante. L'humour d'Hervé Jaouen évite de sombrer dans la noirceur, tout en restant réaliste et crédible. Cette savoureuse réédition est un régal.
Claude LE NOCHER - www.rayonpolar.com

- Tout le sel de cette histoire marécageuse n'est pas seulement dans le dévoilement, du bout de la plume, des dessous de la politique locale appliquée à singer les mœurs et la langue de bois du marigot national. Une peinture caustique d'un village de Schtroumpfs qui se rêve Babylone touristique...
Cette satire illustre le pessimisme politique de l'auteur qui, comme beaucoup de jeunes gens de sa génération, voulut être Malraux à Madrid avant d'être conseiller municipal d'opposition, puis opposant de la plume...
Daniel Morvan - Sud-Ouest

- Dans ce roman délicieusement amoral, Hervé Jaouen dissèque avec beaucoup de brio, de lucidité et d'humour le fonctionnement d'une petite ville de province. C'est acide et sans pitié, tout le monde y passe, le lecteur grince des dents, puis sourit, avant de s'indigner. D'autre part, Jaouen crée des personnages inoubliables, au premier rang desquels Nelias, sorte de bulldozer tonitruant et infatigable dont le charisme et l'énergie crèvent, non pas l'écran, mais les pages.
http://www.noircommepolar.com/

- Je viens de terminer le bouquin et mes impressions à chaud sont plutôt bonnes. En effet, il n'y a pas vraiment d'intrigues policières mais on apprend beaucoup de chose sur les coulisses de la politique communale.
La petite histoire : Serge, jeune diplômé arrive à Saint-Baptistain et devient l'adjoint du maire qui le prend sous son aile. Mais tout va basculer quand un étranger et sa fille "débarque" dans la commune.
Hervé Jaouen raconte avec précision et humour la vie communale, nous cultive avec des références littéraires et distille un humour pétillant. Bref un bon livre pour passer un bon moment accompagné d'un thé, d'un café ou d'une bouteille de raki.
Laurent, sur le site Pol'Art Noir - 25/03/2007

- Réédition salutaire d'un roman paru sous un autre titre en 1993, "Les moulins de Yalikavak" n'a pas pris une ride. À lire (ou à relire) tant pour le fond que pour la forme.
L'annonce, parue au Bulletin des communes de France est simple : "GROUPE FINANCIER INTERNATIONAL CHERCHE TERRAIN BORD DE MER - CINQUANTE HECTARES MINI - POUR INVESTISSEMENT LOISIR" et Serge Morvan en consciencieux secrétaire de Mairie de Saint-Baptistain en réfère à son maire, Jean Sybelle, dit le Pieux. Car la commune possède ces cinquante hectares, une réserve marécageuse nommée "Les Grèbes" en l'honneur des oiseaux qui y nichent. Cinquante hectares promis à un avenir radieux dans la profession de foi du maire, mais cinq ans après, rien n'a été fait... Ne serait-ce pas là l'occasion de sortir un beau projet et de viser le mandat supplémentaire ?
Alors on sort son téléphone, on appelle le "Groupe financier international" et on attend... Et qui débarque ? Nélias Amalamelou himself, le PDG de IBLG. Il est "très gros, très bronzé, il a des cheveux très noirs et une grosse moustache noire". Il parle fort, n'aime pas les obstacles, l'argent lui brûle les doigts et il et a de grandes idées pour cette réserve foncière... Mais pour qui sont ces grandes idées ?
"Mon sympathique mameluk se transformait en businessman pragmatique. J'eus dans la bouche un arrière-goût de manipulation. L'homme capable d'anticiper les réactions des ploucs de Saint-Baptistain n'était-il pas de taille à mener en bateau toute une province ?" Ce qui est beau, c'est que ce livre, initialement publié en 1993 (sous le titre "Ouragan sur les Grèbes"), n'a pas pris une ride tant ce qui y est dénoncé est toujours d'actualité. Hervé Jaouen, avec entrain (appréciez le style !) nous montre la perfidie des potentats locaux et le fonctionnement de leur petit microcosme. Les personnages - le trio Nélias, sa fille et Morvan en particulier - sont excellents, tout comme l'histoire qui se dévore d'une traite. Merci à Rivages d'avoir réédité cette petite perle écrite par une des grandes pointures du roman noir français.
Christophe DUPUIS - État-critique.com - 22/02/2009




DERNIERES PARUTIONS



L'AMOUR DANS LES SIXTIES
DIABASE
16/10/2018

SAINTE ZELIE DE LA PALUD
PRESSES DE LA CITE
01/03/2018

QUELLE VIE DE CHIEN
Skol Vreizh
20/11/2017



 Site officiel d'Hervé Jaouen
Biographie | Bibliographie | Filmographie | Ecrits divers | Actualité | Liens privilégiés | Mentions légales | Contact

© Blue Ouest 2006-2013