La petite fille et le pêcheur

00/00/0000
1980 - Éditions Jean Goujon - Engrenage 23

Résumé

A l'Ouest, rien de nouveau ou presque... Comme les trois mousquetaires, ils étaient quatre : un curé séparatiste, une vierge folle, un bachelier frustré et un joueur de biniou. Un quarté en plein désordre qui sème la dynamite, moissonne les touristes et récolte les C.R.S.
- Les gosses d'un côté, les parents de l'autre... C'est un enlèvement. Vous êtes dès à présent les otages du FROCLIB ! Amen ! Et mort aux Parigots.
- Mais on est Bretons, nous, dit un type, sauf qu'on travaille aux P.T.T., à Paris. Faut bien trouver du boulot !
- Je veux pas le savoir, dit l'Abbé. C'est même pire, ajouta-t-il, réflexion faite, vous avez trahi ! Tous dans le car !

Extrait

Elle se tourna vers Dieu, envisagea de se faire bonne sœur. Toutefois, les nombreuses et douces éclosions de sa rose qui sonnaient chaque soir l'heure ineffable du plaisir solitaire, lui firent comprendre l'inanité, pour une fille normalement constituée, de prononcer des vœux de chasteté. Elle eut aussi des pensées paillardes en reluquant furtivement la vitrine d'une sex-shop.
Elle connut une phase suicidaire au cours de laquelle elle se griffa quelque peu les poignets à l'aide d'une lame de rasoir G II. Enfin, ce fut la révolte. Contre l'enseignement, contre les soutiens-gorge, contre l'armée, contre les centrales nucléaires, contre les chasseurs de lapins, contre tout, quoi. Sauf Dieu et la Bretagne. Le mouvement autonomiste breton l'accueillit en son sein. Elle s'étourdit dans les bals bretons, au coude à coude avec les danseurs de jabadao qui lui frôlaient la poitrine. Il y eut un frotteur plus manuel que les autres : l'Abbé qui la recruta entre deux tranches de pain noir au lard et deux bolées de cidre. Elle écrivit des poèmes sur lui et envisagea même d'écrire un roman dans le style de Sagan : ce qui lui paraissait facile. Elle adhéra bientôt au Mouvement et cessa d'aller à la messe, bien qu'elle eût gardé la foi.

Critiques

- La désespérance des individus est formulée de façon plus absolue, plus apocalyptique dans l'œuvre de Jaouen. Exemple : l'équipée du Froclib qui détruit les monuments symbolisant l'oppression française avant de s'en prendre aux touristes. (La petite fille et le pêcheur, Engrenage, Fleuve Noir, 1980 ; repris sous le titre Pleure pas sur ton biniou).
Jean-Yves RUAUX - Écrire en Bretagne - Roman policier en Armorique

- Tout aussi bien construit et allègrement raconté (que La Chasse au merle), La Petite fille et le pêcheur commence par une farce : des autonomistes bretons s'en prennent à des vacanciers qu'ils entendent bouter hors de Bretagne. Ce groupuscule, le Froclib, plastique d'abord, selon l'usage, des monuments symbolisant l'occupation et l'oppression françaises. Dans un deuxième temps, enlèvement de campeurs et ultimatum au gouvernement français. La farce commence, on s'y attendait, à tourner au tragique. Et cela se terminera dans le sang...
Jean-Pierre DELOUX - Le Polar régionaliste français (Polar n° 8 - décembre 1992)

- On connaissait l'humour anglo-saxon, l'humour juif new-yorkais... Avec Jaouen voici l'humour breton. Entendons-nous : l'humour se passe de géographie et d'histoire, il n'a nul besoin d'être nationalisé (ou provincialisé !). Mettons donc "breton" entre guillemets.
Jaouen possède comme Siniac et Lebrun un humour très caustique qui lui permet de faire passer sans esprit de prêche la satire sociale. Son roman se situe dans un lieu justement "entre guillemets" : la Bretagne, avec des acteurs qui voudraient bien pouvoir rire, et vivre, et qui n'ont pour tout recours qu'une révolte dérisoire.
Ces paumés-là peuvent devenir assez ignobles en conservant une certaine innocence, et même touchants, tant ils mettent de bonne santé dans leur désespoir. Le tour de force du livre consiste à avoir doté ses personnages d'une solide identité en moins de 150 pages. Le curé de choc, l'institutrice nymphomane et les diplômés frustrés acquièrent un poids étonnant face aux pâles fonctionnaires et aux touristes auxquels ils font voir une Bretagne qui n'est ni celle des cartes postales, ni celle de Claude Chabrol.
J.-M. L.S. - Polar n° 16

- Troisième "polar" d'Hervé Jaouen
Le troisième roman policier d'Hervé Jaouen, qui travaille dans un établissement bancaire, bien connu des Pont-l'Abbistes, vient de paraître dans la collection Engrenage. On se souvient du premier, "La mariée rouge" qui inaugurait la collection Engrenage avec une histoire sordide tirée d'un fait divers récent, et du second "La chasse au merle" basée sur une erreur judiciaire due à un règlement de compte entre bandes d'adolescents.
Le petit dernier d'Hervé Jaouen est une fois encore inspiré d'un fait divers réel : l'invasion de vipères sur les dunes des côtes bigoudènes qu'il attribue à un "tout nouveau groupuscule d'autonomistes bretons". A partir de là, le cynisme et l'habileté coutumière de l'auteur nous conduisent à faire connaissance de plusieurs personnages dont le plus impressionnant est un abbé, poseur de bombes, renégat, révolutionnaire, paillard, leader d'un invraisemblable "front chrétien de libération de la Bretagne", assisté d'une enseignante d'un collège privé et d'un joueur de biniou. L'action se déroule bien sûr dans le Finistère et a pour argument "un mélange d'économie de niveau de seconde, de gauchisme et de lubricité politique".
Bref, réjouissant, noir et féroce.
Ouest-France - 16/07/1980

- Dernier canular d'Hervé Jaouen
Avec "La petite fille et le pêcheur", qui vient de paraître dans la collection "Engrenage", ce jeune directeur de banque pont-l'abbiste, poursuit sa carrière d'écrivain de romans policiers.
Comme dans les deux précédents ouvrages parus dans la même collection, "La mariée rouge", puis "La chasse au merle", les amateurs de belle littérature n'y trouveront pas leur compte, mais ce "polar", qui tient plus du canular, ne leur est pas destiné, après tout !
Le quarté de "paumés" en Suzuki
Dans ce bouquin, qui file à 200 à l'heure, de Brest au cœur de l'Argoat, les héros sont des "paumés" (la majorité, en somme !), comme cet abbé défroqué et autonomiste, ce jeune "Iutien" qui a perdu ses illusions et ne fera jamais partie de l'élite parmi laquelle il avait rêvé de se hisser ou encore ce dessinateur déçu joueur de biniou, ou enfin comme cette fille rondelette aux traits de vierge folle.
Ces quatre personnages caricaturés à l'extrême vont semer le désordre sur leur passage, inquiéter au plus haut point les autorités, laissant derrière eux une traînée de dynamite, de C.R.S. et de sang.
Ces merveilles du passé !
Mais non, ce n'est pas sérieux bien sûr. Pourtant, dans un langage non épuré, un petit coup de patte à gauche, un petit coup de patte à droite, Hervé Jaouen y fait une critique en règle de la société.
Il en profite, dans un chapitre intitulé "carte postale", pour répondre aux "beaux livres qui racontent les merveilles du passé : la cheminée, la mort du cochon, les pardons, la messe, les belles moissons...", en décrivant la vie d'un grand-père au début de ce siècle : depuis sa naissance dans une cabane couverte d'ajonc, ses longues études de 10 à 12 ans, ses repas de soupe au lard, matin et soir, son placement à 12 ans, dans une ferme, son premier œuf à 15 ans, dans cette Bretagne dont "l'un des caractères ataviques est d'être alcoolo".
Enfin, on ne s'ennuiera pas en lisant ce "polar", parfait pour des vacances pluvieuses.
"Mme Bécassine"
Le prochain livre d'Hervé Jaouen sera un polar plus sérieux, plus littéraire et plus fouillé aussi. L'action se situera à Nantes. Il y traitera des problèmes de la société de consommation et devrait s'intituler "Mme Bécassine".
Le Télégramme - 21/07/1980




DERNIERES PARUTIONS



L'AMOUR DANS LES SIXTIES
DIABASE
16/10/2018

SAINTE ZELIE DE LA PALUD
PRESSES DE LA CITE
01/03/2018

QUELLE VIE DE CHIEN
Skol Vreizh
20/11/2017



 Site officiel d'Hervé Jaouen
Biographie | Bibliographie | Filmographie | Ecrits divers | Actualité | Liens privilégiés | Mentions légales | Contact

© Blue Ouest 2006-2013