LE BON DOCTEUR COGAN

10/10/2019
Presses de la Cité

20 euros

Résumé

Finistère, 1935. A treize ans, Yvonne Trédudon est placée comme bonne à tout faire auprès du docteur Cogan qui a quitté Paris avec femme et enfants pour vivre à Plouvern, bourg des monts d'Arrée. La petite campagnarde découvre, émerveillée, une maison de maître, un couple cultivé qui l'initie à la lecture, des fillettes charmantes. Le docteur Cogan, lui, gagne peu à peu le respect des villageois grâce à son expérience et à son dévouement.
Mais qui sont vraiment les Cogan ? Pourquoi cette haine que certains leur manifestent au début de l'Occupation ? Quel rôle joue alors cet homme qui ressurgira du passé à la faveur d'une cérémonie communale trente ans plus tard ?
Presque centenaire, celle qui partagea l'intimité de la famille se souvient. Avec ses mots simples et justes, Yvonne raconte...
La force d'âme, la fidélité sans faille d'Yvonne Trédudon, son bon sens et son esprit critique spontané dénoncent à eux seuls la terrible absurdité du sort des Cogan.

Extrait

De nouveau, on oubliait la guerre, nous les jeunes on se promenait le soir dans les alentours. On allait se baigner dans la retenue d'eau de Saint-Herbot. Je ne sais pas où elles avaient appris, mais Mathilde et Sophie nageaient comme des poissons. Joseph, Anne-Marie et moi, on barbotait. Le petit Youenn patouillait, assis sur les graviers, de l'eau jusqu'à la taille. Joseph n'avait d'yeux que pour sa chérie, et pouvoir contempler Mathilde en petite tenue compensait sûrement la vexation d'être incapable de la suivre dans l'eau. Entre ses deux-là, l'heure venue il n'y aurait pas besoin de bazhvalan, c'était le grand amour.
On est arrivé comme ça à la fin du mois de juillet. Le blé noir était en fleur sur les pentes, autrefois des landes que les parents avaient eu du dur à défricher, et maintenant ils touchaient la récompense de ces grands tapis blancs, ah qu'est-ce que c'était joli. La floraison ne dure pas longtemps, le blanc devient crème, et puis tout ça prend une couleur de fougère sèche, jusqu'à ce que les tiges rougissent. Trois fois par jour Tad s'agenouillait dans les champs de froment pour examiner les épis et relevait la tête pour lire la météo dans le ciel. La moisson n'était pas loin.
Un après-midi que je tirais de l'eau du puits, un drôle de touriste à vélo a pointé le bout de son nez. Le bon de son nez, c'est bien le cas de le dire, parce ce qu'il l'avait pointu, comme un renard, et j'aurais dû me méfier plus que je ne l'ai fait.

Critiques

Une fois de plus, Hervé Jaouen séduit son lecteur, l'entraîne au coeur d'une société, d'une histoire. Le Bon Docteur Cogan est un roman tout simplement passionnant.
Eliane Faucon-Dumont, LE TELEGRAMME, 22/10/2019
Intégralité de l'article sur https://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/livre-l-histoire-tragique-du-docteur-cogan-22-10-2019-12415896.php

Extrait de la lettre d'un lecteur.
Je viens de terminer la lecture de votre oeuvre, Le Bon Docteur Cogan, et j'ai refermé ce livre avec les larmes aux yeux. Outre que cette oeuvre est magnifique de sensibilité, elle a éveillé en moi, au-delà de la colère et de l'indignation provoquées par la cruauté et la bêtise sans fond de certains hommes et des systèmes qu'ils ont créés (et qu'ils continuent de créer), une nostalgie de mon enfance dans les monts d'Arrée.
En "écoutant" le récit d'Yvonne Trédudon, j'entendais ma mère qui me parlait souvent du docteur Perper, de sa famille et de leur destin tragique. Elle les a connus quand il exerçait la médecine à Brasparts. Elle évoquait souvent la gentillesse du docteur, la douceur de son épouse et la beauté de ses filles. Elle pestait contre les salauds (ce sont ses termes, que je partage) qui les avaient dénoncés.
Au fil des pages, il me semblait entendre les récits des Anciens qui évoquaient cette tragédie lors des veillées hivernales, assis dans l'âtre de la grande cheminée de la ferme de mes parents. A croire que vous étiez présent !M.K.

Recensions dans L'AVENIR AGRICOLE Mayenne-Sarthe-Maine-et-Loire du 25/10/2019 et CENTRE PRESSEle quotidien de la Vienne du 26/10/2019.

De la vraie bonne littérature populaire, avec cet excellent raconteur d'histoires qu'est le Breton Hervé Jaouen.
Il faudrait offrir la possibilité à toutes les personnes âgées d'écrire leurs souvenirs. Au coeur de la Bretagne, Yvonne glisse tranquillement vers son centième anniversaire. Marie-Françoise, une habitante du bourg, a pris l'habitude d'aller lui rendre visite.
Entre les deux, une vraie complicité s'installe. Yvonne décide de lui raconter sa longue vie, surtout la période de la guerre. Marie-Françoise n'en perd pas une miette. Elle note tout.
Adolescente, Yvonne est embauchée par le docteur Cogan pour s'occuper des enfants. Tout juste sortie de sa ferme, elle est intimidée. Mais très vite, elle comprend qu'elle travaille chez des gens en or. Mais ignore que la famille, originaire de Roumanie, a déjà fui la peste brune.
Tout est vif chez Yvonne. Elle saura se souvenir, à sa façon, des lâchetés de cette époque. Hervé Jaouen raconte une histoire émouvante. Et dresse un portrait d'Yvonne plein de tendresse.
Didier GOURIN, OUEST-FRANCE, 8/11/2019




DERNIERES PARUTIONS



LE BON DOCTEUR COGAN
Presses de la Cité
10/10/2019

A NOS VERTES AMOURS IRLANDAISES (JOURNAL D'IRLANDE 2008/2018)
Editions Ouest-France
04/10/2019

L'AMOUR DANS LES SIXTIES
DIABASE
16/10/2018



 Site officiel d'Hervé Jaouen
Biographie | Bibliographie | Filmographie | Ecrits divers | Actualité | Liens privilégiés | Mentions légales | Contact

© Blue Ouest 2006-2013